Carnets de voyages
de Denyse et Jean-François

Navarre (Espagne)

Mars 2012

Publié le mercredi 25 avril 2012.
 
Depuis que j’ai connu l’existence des Bardenas Reales j’en rêvais. Je n’ai pas été déçue : un espace désertique unique en Europe où, en cette fin d’hiver, nous étions les seuls touristes avec la chaleur que nous souhaitions.

14 mars : Nous traversons Irun pour aller vers Pamplona en suivant les gorges de la Bidasoa. Le paysage est encore en partie dans la brume mais nous apercevons des échelles de bois qui doivent permettre de relier des sentiers pédestres. À Pamplona après avoir pique-niqué sur un parking proche de la rivière Arga, nous prenons l’ascenseur qui nous amène dans la vieille ville. Beau panorama depuis les remparts.

Dans Pamplona

Dans Pamplona

Les vieilles rues fraîches et assez larges pour leur époque, très propres sont bordées de maisons agréables avec balcons ouverts ou fermés.

A défaut d’avoir trouvé la route de Zaragoza à la sortie de Fafalla nous prenons la route de San Martin de Unx. Nous traversons un paysage en partie désertique, en partie planté de vignes et d’oliviers. Nous observons que la taille de la vigne est différente de celle que nous avons vu en traversant le bordelais. St Martin de Unx possède plusieurs coopératives viticoles. En continuant vers le sud, cette petite route nous offre une extraordinaire surprise : un ensemble de tours et tourelles et nous décidons d’un arrêt.

OLITE

OLITE

Il s’agit d’Olite, village du XIVe siècle, fort bien entretenu avec son château, occupé par un Parador,

Eglise de Santa Maria

Eglise de Santa Maria

l’église Santa Maria au magnifique portail,

Olite - Place Carlos III

Olite - Place Carlos III

la place Carlos III si paisible, les ruelles.

Château d'Olite

Château d'Olite

15 mars : Après une nuit paisible entre les champs des environs nous continuons vers Arguedas. Nous y trouvons un petit marché sympathique mais aucune indications des Bardenas. Une employée de la mairie nous indique le Centre d’information des Bardenas à Finca Los Aguilares environ 4 km. L’hôtesse nous demande de ne pas nous servir de notre carte, obsolète, car de nombreux itinéraires sont maintenant interdits. Elle nous vend une carte et un guide des itinéraires balisés, essentiellement pour VTT.

Nous sommes enthousiasmés par ces vastes paysages désertiques.

Le ciel est bleu, il fait soleil, chaud et nous sommes quasiment seuls. Les avions de la base voisine font beaucoup de bruit pendant les 2 premières heures, puis nous serons tranquilles pendant tout notre séjour.

Nous montons d’abord à la "Cabezo de las Cortinillas" puis descendons dans le Barranco du même nom. Nous reprenons le CC (camping-car) pour parcourir la piste nord jusqu’à la sortie "El Paso"

par laquelle arrivent les troupeaux de moutons lors de la transumance début septembre. Nous remontons jusqu’à Carcastillo, faisons une halte au paisible "Monastère de la Oliva"et après avoir longé le parc d’éoliennes de Caparroso nous installons pour la nuit près du Barrage de El Ferial, à l’extérieur des limites du Parc après avoir fait une belle récolte de romarin fleuri.

16 mars : Dès le matin, nous partons à pied sur l’itinéraire VTT n°4 en direction de "Ermite de Nuestra Senora del Yugo" 14 kms 5. Vaste panorama mais peu de relief, terres cultivées et irriguées, quelques amandiers en bord de chemin nous offrent leurs fruits. L’Ermite est un sanctuaire qui semble très fréquenté lors des fêtes vu l’importance des parkings. Personne, tout est fermé. Après quelques heures de repos nous commençons l’itinéraire pédestre des grottes mais un nuage très noir et les premières gouttes nous dissuadent.

17 mars : Toujours sur place, nous partons pour l’itinéraire VTT n°2 depuis la digue du barrage. 8 kms 6. Il se déroule au milieu des cultures, loin du lac. Nous apercevons 2 troupeaux de moutons, un renard au loin. La fin du parcours traverse des forêts de pins colonisés par des touffes de gui puis longe le canal qui alimente le barrage. Nous prenons la piste de Rada afin de raccourcir pour aller au marché de Carcastillo, mais en l’absence de signalisation nous parcourons de nombreuses pistes avant de trouver la route. À Carcastillo les tours de l’église ainsi que les sommets des poteaux électriques sont colonisés par les cigognes. Le marché est surtout non alimentaire mais nous parvenons à trouver une épicerie-boucherie très fréquentée et surtout une fontaine pour faire notre plein d’eau Nous prenons la direction de Valarena afin d’entrer à nouveau dans le Parc par la "Portillo de Santa Marguarita" et faire à pied une boucle proche de la "Réserve Rincon del Bu" puis nous reprenons avec le CC la NA 125 pour rejoindre la route Tudela-Cabanillas et aller bivouaquer au bord de l’Ebro. Ici aussi les cigognes colonisent les pylônes. La température a fraîchi mais le ciel est à nouveau dégagé.

18 mars : Les villages de Cabanillas et Fustinana sont propres mais vides de magasins comme d’habitants. Nous abordons la partie sud du Parc afin de randonner jusqu’à "Pena del Faile".

C’est dimanche, nous voyons 3 randonneurs au sommet. Nous, négligeant la direction du chemin qui descend à l’ouest, montons en face.

Pas de sentier mais de multiples espaces empruntés par les animaux sans doute.

Mais la pente est raide et le sol friable, arrivés sous la partie verticale nous renonçons.

Pena del Fraile

Pena del Fraile

Cependant, cette promenade nous a permis de voir de beaux reliefs. Avec le CC nous allons vers Tauste, toujours les cigognes, et montons au Sanctuaire de Sancho Abarca 631 m et panorama à 180°. Une hôtellerie est en cours d’aménagement sur ce site désert et sans aucune information.

19 mars : Nous trouvons facilement une place sur le parking des bords de l’Ebro à Tudela, mais, quelle déception, tout est fermé, rues vides, seuls quelques passants sur la place.

Mairie de Tudela

Mairie de Tudela

C’est lundi mais c’est la St Joseph, jour ferié signalé dans aucune documentation. Heureusement la cathédrale, qui contient de beaux rétables est ouverte. L’hôtesse de l’office du tourisme nous dit que le samedi se tient un grand marché où tous les habitants s’approvisionnent pour la semaine.

Place principale de Tudela

Place principale de Tudela

Nous parcourons les rues de la vieille ville aux magnifiques plaques.

rue de Tudala

rue de Tudala

rue de Tudela

rue de Tudela

rue de Tudela

rue de Tudela

Puis nous partons pour Cascante, ville fondée par les romains qui en a gardé des traces dans les noms ainsi que 10 kms de voie romaine. Au sommet la basilique de la vierge del romero 17ème siècle entourée d’un beau jardin possède un beau rétable et une vierge habillée d’une robe en tissu.

Basilique de la vierge del romero

Basilique de la vierge del romero

Nous allons ensuite à Corella, vide de commerces comme de passants mais avec beaucoup de belles maisons et plusieurs églises. Enfin, Fitero pour son monastère cistercien occupé actuellement par la Mairie. Nous voyons toujours beaucoup de cigognes sur les tours et la moindre grue. Nous traversons beaucoup de champs d’oliviers, de vignes et de vergers et allons passer la nuit à nouveau au bord de l’Ebro.

20 Mars : Ce matin ciel bleu mais température fraîche. Nous retournons dans les Bardenas afin de faire l’ascension du Cabezo del Fralle par le bon chemin.

La montée est moins pittoresque que la précédente mais plus sûre bien que l’on ait de nombreux ravins à franchir. Nous sommes au sommet en 1 h. Terminé pour les Bardenas.

Nous remontons vers le nord : Villafranca (belles églises mais fermées, quelques grandes maisons en briques ocre)

Villafranca

Villafranca

puis Marcilla dont la restauration du château nous déçoit. Les terrains plats et cultivés font place à des paysages plus vallonnés et sauvages à l’approche d’Ujué.

UJUÉ

UJUÉ

Vent glacial et magnifique panorama sur les environs.

UJUÉ

UJUÉ

L’église Santa Maria qui domine le village est superbe

Eglise Santa Maria

Eglise Santa Maria

simplicité des lignes, richesse des chapitaux,

de la chaire. Pas de commerces, un restaurant qui n’ouvre que le week-end, nous ne pourrons pas déguster les spécialités vantées par notre guide.

21 Mars : Il pleut. La nuit a été fraîche bien que nous soyons descendus depuis Ujué. Temps bien adapté à la visite de Sanguessa. La cathédrale au beau portail à l’entrée de la ville est fermée.

Eglise San Salvador

Eglise San Salvador

La rue principale nous permet de trouver boutiques alimentaires, cartes postales, poste mais un seul restaurant est ouvert, pas vraiment gastronomique, nous l’acceptons pour nous réchauffer. Nous apprenons que la "pocha" est une soupe de haricots. Nous montons à Javier, château natal de St François Xavier, fort remanié depuis et auquel est accolée une église, puis au Monastère de Leyre mais la brume ne nous permet pas de belles vues. Toujours sous la pluie nous longeons "l’embalse de Yesa".

22 Mars : La grisaille nous incite à monter jusqu’au "centre d’interprétation de Roncal" qui nous offre de bien belles réalisations à propos de la faune et de la flore, les ours amenés de Slovénie par les français se promènent par ici. Nous achetons le fromage de brebis au lait cru produit dans la vallée et nous promettons d’y revenir à une période plus chaude (il fait 4° à 10 h du matin) pour parcourir les sentiers balisés, peut être aussi celui qu’empruntaient les femmes de la vallée qui tous les hivers allaient en France travailler aux espadrilles. Nous descendons vers les gorges d’Arbayun

Gorges d'Arbayun

Gorges d'Arbayun

puis celles de Lumbier, chaud et bien ensoleillé. et nous parcourons le sentier de ces gorges dont une partie occupe la voie de l’ancien chemin de fer. La remontée vers le nord reprend : vallée du Rio Iratti puis du Rio Erro.

23 Mars : Arrivés à Erro, nous remontons la vallée de l’Arga par une petite route sympathique. Les maisons ont leurs ouvertures entourées de pierre de rhune. A Oieregi, l’hôtesse du "Parc natural Senoria de Bertiz" nous remet une carte indiquant plusieurs sentiers pédestres. Nous choisissons l’itinéraire "Iretarazu" 11 kms par des chemins qui courent à flanc de montagne en franchissant de nombreux ruisseaux. Nous remontons avec le CC la vallée de Baztan jusqu’a Dantxarinea où les supermarchés regorgent de spécialités espagnoles.

24 et 25 mars : Nous remontons vers le nord par la côte : Bordeaux, Aiguillon sur mer, puis le val de Loire.

Plan du siteDesign & code SPIP : Olivier Mengué.